On rêve, on vit, on aime de Marie-Laure Hubert Nasser

 

J’ai eu la chance de me voir dédicacer le roman par l’auteure lors d’une conférence Zoom du Rotary de Bordeaux-Ouest. En effet j’avais très envie de lire ce roman après avoir entendu Alexandre Jardin dire que c’était une merveille d’émotion, dans l’émission 99 lancée par Cultura.

L’intrigue se déroule à Bordeaux, Rive Droite principalement et dans les Landes. Marianne, une veuve septuagénaire, mère de trois enfants, perd peu à peu le goût de vivre. Pas de façon spectaculaire. Elle n’est pas suicidaire. Mais elle ne s’amuse plus vraiment et se contente de regarder les jours passer dans un monde où elle ne trouve plus tellement sa place. Marianne est une bourgeoise pure crue bordelaise. Belle, aisée, sans aucun problème apparent, même ses trois enfants ont brillamment réussi et l’adorent tous les trois. Mais de quoi se plaint-elle alors ? De rien, justement. Mais elle s’endort petit à petit, il ne reste plus qu’à attendre, comme le dit l’auteure, que la poussière lui tombe dessus et la recouvre pour en faire un fossile. Eh bien, c’est sans compter sur la présence de Margot, sa meilleure amie, qui refuse de laisser la poussière tomber. Loin de là. Elle va proposer à son amie un grand ménage dans sa vie, un bouleversement, un changement radical pour renaitre et vivre ce qui leur reste de bonheur. Une maison de vie à trois. Sur la Rive Droite. Dans un endroit paradisiaque que je tairai pour vous le laisser découvrir au fil des pages. Et Marianne petit à petit retrouve goût à la vie, à l’amour aussi qu’elle avait parfaitement oublié. Le roman se termine sur une scène originale qui donne un zeste de suspens pour terminer cette jolie histoire, tout en nuance et en subtilité.

Acheter le livre