Ce que tu as fait de moi, de Karine Giebel

 


C’est le second roman que je lis de cette auteure et j’ai profité d’une lecture audio, car j’écris également et j’ai donc besoin de lire énormément. Quand je suis en mouvement, j’opte donc pour l’écoute qui est une autre façon de s’immerger dans l’histoire. Et quelle histoire !!!

Quand vous ouvrez votre poste de télé et que vous entendez un fait divers du genre : « Un homme a tué sa famille, car sa femme voulait le quitter… », vous ne comprenez pas comment c’est possible. Seul un fou peut accomplir un acte aussi odieux. Eh bien, je dois dire que ce roman m’a laissé mal à l’aise, car je suis parvenue à comprendre un peu cette folie meurtrière que peut engendrer la passion. Au même titre qu’une overdose de drogue fatale. Dans cette optique la passion serait à éviter à tout prix, il faudrait résister pour ne pas succomber et se détruire. C’est précisément ce que va tenter de faire Laetitia, jeune fonctionnaire de police, mariée et mère d’une petite Lola. Elle est heureuse jusqu’au jour où elle va croiser le chemin du séduisant commandant Richard Ménainville qui tombe follement amoureux d’elle et cet amour les entrainera dans une spirale destructrice effrayante. J’ai trouvé le récit magistralement mené, la voix de Vincent Schmitt quand il interprète le commandant est exactement celle que j’aurais pu imaginer pour ce personnage. Les dialogues sont vivants et réalistes. J’ai vraiment eu la sensation de voir ces deux êtres se détruire devant mes yeux ou plutôt je les ai entendus se détruire. Ce livre est assez effrayant et je ne suis pas prête de l’oublier. Quand je verrai un fait divers de cet ordre, je me dirai toujours que c’est un fou, mais également je saurai ce qu’il a vécu et je bénirai je ne sais quoi, le ciel peut-être, de ne pas connaître pareille souffrance…

Acheter Ce que tu as fait de moi